Philippe HAAGE, référent PLIE / Ayoub M’RABET, participant du PLIE
© La Voix du Nord
© La Voix du Nord

P.H. : « A l’origine, j’ai suivi une formation d’électrotechnicien. Aujourd’hui, j’ai trente ans d’exercice dans l’accompagnement de public… J’ai d’abord travaillé dans le secteur de l’insertion d’adultes, sur des chantiers d’insertion en tant que formateur dans le nettoyage industriel et l’électricité. J’ai ensuite travaillé pour la mairie de Marquette-lez-Lille en tant que référent RMI, puis référent PLIE MNO à sa création en 2002. J’ai obtenu mon Titre Professionnel de Conseiller en insertion professionnelle en 2004. J’ai également une habilitation pour être jury pour l’AFPA sur ce titre professionnel. Depuis le 1er janvier 2003, j’exerce au CCAS de Marcq-en-Baroeul.
Selon moi, le rôle du référent PLIE s’apparente à un GPS. Je suis le GPS de la personne que j’accompagne dans tout son parcours d’insertion. A savoir qu’un GPS fonctionne selon les éléments qu’on lui donne, pour le référent c’est pareil. On travaille en fonction des moyens de la personne, des contraintes qu’elle rencontre, … On prend en charge sa globalité : compétences, savoir-être, freins, … Tout est pris en compte pour remettre la personne sur un parcours dynamique.
Ce que j’apprécie le plus dans mon métier c’est le sourire des gens quand ils franchissent la porte du bureau en me disant « Regardez M. HAAGE ! J’ai obtenu mon premier diplôme » ou « J’ai enfin trouvé un logement ! ». C’est très important, pour moi comme pour eux, dans la continuité du parcours. Chaque cas est différent. Nous sommes assujettis à des résultats mais il ne faut pas perdre de vue qu’on travaille avec de l’humain et pas uniquement sur des statistiques.
Pour exemple d’un parcours, je pense à ce monsieur qui a intégré le dispositif en janvier 2015. Lorsqu’il a franchi pour la première fois la porte de mon bureau, il était au 5ème sous-sol : plus de logement, plus de travail, c’était très compliqué… mais il lui restait la volonté de s’en sortir ! »

A.M. : « Avant d’entrer dans le PLIE, j’étais en recherche d’emploi. A l’origine, j’avais suivi une formation en tant que magasinier cariste et j’effectuais beaucoup de missions intérim. Je cherchais de la stabilité mais c’était assez difficile. J’ai eu contact avec M. HAAGE dans le cadre d’une réunion à l’invitation de Pôle Emploi en décembre 2014. A ce moment-là, étant donné que le permis cariste a une durée de validité de 5 ans, je souhaitais le repasser pour continuer de travailler. »

P.H. : « On a réfléchi à ce qui pouvait être mis en place, en s’orientant sur des métiers où il y a de la demande, notamment des métiers manuels (plomberie ou électricité). Il ne connaissait pas ce secteur donc il d’abord participé à un atelier de découverte à l’AREP Frescc. Grâce à cet atelier, il s’est positionné beaucoup plus clairement sur le métier de plombier chauffagiste. On l’a ensuite orienté vers un centre de formation, l’AFPA, pour qu’il puisse intégrer la formation. Il a fallu faire preuve de persévérance, nous nous sommes même déplacés jusqu’à l’AFPA ensemble pour faire avancer la situation. En novembre 2015, il a validé les tests pour une entrée en formation début janvier 2016. »

A.M. : « M. HAAGE m’a vraiment motivé. Je suis rentré en formation début 2016 et, à l’heure actuelle, j’ai validé tous mes examens. »

P.H. : « Il y a parfois des fractures et ruptures dans les parcours, pas forcément dues aux personnes elles-mêmes … il faut toujours les maintenir mobilisées. Parallèlement, on a donc travaillé sur sa problématique logement (demandes de logement, domiciliation de son courrier, etc.). Aujourd’hui, il a validé son Titre Professionnel et il est dans une phase active de recherche d’emploi et déjà en contact avec son ancien terrain de stage pour d’éventuelles opportunités d’emploi. »

A.M. : « Dans le cadre de mes recherches, je me suis inscrit dans plusieurs agences intérim le temps de me forger une expérience. On a aussi retravaillé mon CV dans le cadre d’un atelier. Je revois régulièrement M. HAAGE pour faire le point sur ma situation. Pour moi, le PLIE est un réel soutien. Mon référent m’a vraiment aidé dans mon orientation professionnelle car j’étais perdu. Au cours des différents entretiens, j’ai pu découvrir un secteur qui me motivait vraiment et dans lequel il y a des débouchés. C’est un accompagnement humain et personnalisé que je n’avais pas forcément trouvé auparavant. »